Nous rejoindre

Offre de stage (4 mois) L'équipe M2E recherche un stagiaire dans le cadre du projet TetrArchaea.  L’arbre du vivant, tel que décrit actuellement, est divisé en trois grands domaines : les bactéries, les eucaryotes et les archées. Les archées sont des procaryotes, répandues dans tous les écosystèmes qui possèdent des particularités physiologiques leur permettant de s’accommoder à de larges gammes de conditions environnementales, y compris les plus extrêmes, que ce soit en termes de température, de pH ou de salinité́. Cette tolérance aux conditions physicochimiques extrêmes a été associée à trois caractéristiques de leurs lipides membranaires qui diffèrent fondamentalement de ceux de leurs homologues bactériens et eucaryotes : 1) des liaisons éther, plus stables thermiquement et chimiquement que les liaisons ester, permettent une compaction verticale plus importante des lipides, 2) des chaines isopréniques, qui assurent une compaction horizontale accrue par rapport aux acides gras, créent des membranes plus stables et imperméables et, 3) des lipides bipolaires génèrent des membranes en monocouche bien plus stables et imperméables que celles en bicouche. L’importante diversité́ de structures lipidiques décrites chez les archées est généralement divisée en deux classes : les diéthers formant des membranes "classiques" en bicouche lipidique et les tétraéthers formant des membranes en monocouche.Les lipides des archées leur sont spécifiques. Il sont composés de chaines hydrophobes polyisoprènes, liées de manière covalente à un glycérol par une liaison éther. De ce fait, ils diffèrent fortement des lipides des bactéries et eucaryotes (chaines aliphatiques liées par une liaison ester) en terme de structure, et en terme de biosynthèse. Si la voie de synthèse des lipides diéther est aujourd'hui bien connue. Celle des lipides tétraéthers reste quand à elle à mettre en évidence. Objectifs : L’objectif principal de ce stage est de construire puis de caractériser des mutants des voies de synthèse des lipides chez une archée hyperthermophile, Pyrococcus furiosus. Le(la) candidate fera les constructions génétiques puis les transformera dans P. furiosus pour créer les mutants, en suivant des protocoles bien maîtrisés au laboratoire. Les mutants seront vérifiés par amplification et séquençage des loci mutés. La caractérisation des mutants comprendra du suivi physiologique, et des analyses de production de lipides.La durée de stage est de 4 mois.